Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nora, une lycéenne de 15 ans, a quitté le domicile familial à Avignon le 23 janvier. Destination: la Syrie. La jeune fille est partie avec une valise, ses papiers et 550 euros dans ses poches. Dimanche soir, ses parents ont reçu deux étranges coups de téléphone de Syrie. «Un premier en arabe et le suivant en français», précise leur avocat Me Guy Guénoun. L’interlocuteur demandait leur fille en mariage. «On nous a expliqué que cela pouvait se faire immédiatement par téléphone», raconte Fouad, le grand frère de Nora, dans La Provence . Les parents ont refusé. Son entourage avait jusque-là réussi à garder le contact par téléphone avec l’adolescente. Mais, depuis 48 heures, plus aucune nouvelle.

Nora

Nora

L’adolescente était scolarisée en seconde au lycée Frédéric-Mistral d’Avignon. Le 23 janvier au soir, Nora n’est tout simplement pas rentrée chez elle. Sa famille, inquiète, pense d’abord à un accident, elle fait le tour des hôpitaux et prévient la police. Le lendemain, son frère se rend au lycée. Il y apprend que sa sœur parlait de partir en Syrie. Il découvre aussi l’existence d’un deuxième compte Facebook ouvert en janvier. Nora y poste des vidéos de femmes appelant au djihad en Syrie. Deux jours après sa disparition, la nouvelle se confirme. Nora contacte sa famille. «Elle nous a simplement dit qu’elle était en Syrie et qu’elle était bien mais pas plus», explique Fouad au quotidien La Provence . «On lui a dit de revenir à chaque fois mais on entendait derrière comme des chuchotements, des gens qui parlaient… Elle est sous contrôle.»

CHOC : Le Djihad sexuel... info ou intox ?

Une plainte pour enlèvement

La famille est abasourdie. L’adolescente aurait d’abord rejoint Paris en train avant de prendre un avion pour Istanbul, puis un suivant jusqu’à la frontière syrienne. De là, elle aurait été prise en charge par un réseau djihadiste. Les parents n’ont rien vu venir.

Nora souhaitait devenir médecin. Le comportement de leur fille avait quelque peu changé dernièrement. Elle s’était mise à porter un jilbab, lui couvrant la totalité du corps. Les parents, musulmans pratiquants, avaient alors mis ça sur le compte de la crise d’adolescence. Ce n’est qu’après sa disparition que la famille a découvert la radicalisation de Nora. Le parquet antiterroriste de Paris s’est saisi de l’affaire. L’enquête a été confiée conjointement à la Sous-direction antiterroriste, à la Direction centrale du renseignement intérieur et l’antenne de la police judiciaire d’Avignon.

Conseillée par Me Guénoun, la famille va, elle, porter plainte dans les jours qui viennent pour enlèvement. «Nous sommes dans le cas d’une lycéenne sans difficultés scolaires, manipulée et exfiltrée de son milieu familial», plaide l’avocat. Selon lui, Nora ne doit pas être traitée comme une djihadiste mais comme la victime d’un réseau très organisé et professionnel.

 

CHOC : Le Djihad sexuel... info ou intox ?

Djihad Nikeh en Syrie :

« J’ai eu 100 partenaires et mon mari se contentait de pleurer »

Oum Asma, une Tunisienne de trente ans et mère de deux enfants dont l’un n’a que deux mois, serait partie faire le djihad en Syrie avec son mari.

Le journal Achourouk a publié, ce mercredi 8 octobre 2014, le témoignage de cette femme partie en Syrie pour “le djihad du sexe“.

Norhaine Z, de son vrai nom, originaire de Kairouan, aurait eu des rapports sexuels avec 100 terroristes, de différentes nationalités, en seulement 27 jours.

Oum Asma ou N.Z est allée à Istanbul (Turquie) avec son mari où ils ont été accueillis par Abou Ahmed, un Turc qui parle couramment l’arabe. Ce dernier les a menés jusqu’au territoire syrien où deux Tunisiens qui s’appelleraient Najmeddine Barkoubi et Mohamed Amine Jaziri les attendaient pour rejoindre Azaz, une petite ville syrienne située à 30 kilomètres au nord-ouest d’Alep.

Le couple s’est déplacé ensuite à Tell Rifaat. Les deux djihadistes de l’Etat islamique (Daech), Mohamed Amine et Najmeddine, ont demandé à Nidhal de supplier son épouse d’aider les blessés.

Nidhal pensait que la tâche de sa femme consistait à prodiguer des soins aux combattants. Ces derniers lui ont explicitement demandé que sa femme, afin d’aider les blessés, fasse “le djihad de sexe“. Il a d’abord refusé puis il a accepté par crainte pour sa vie.

Il se levait chaque matin pour déposer sa femme à un appartement d’un immeuble de 9 heures du matin jusqu’à 16heures de l’après-midi. Dans cet appartement, 17 femmes pratiquent le djihad nikeh avec des terroristes de différentes nationalités. Et la patronne de ce «réseau de proxénétisme» est une Somalienne qui se fait appeler Oum Chehib.

Norhaine a déclaré à l’équipe d’Achourouk avoir eu des rapports sexuels avec quatre terroristes chaque jour et durant 27 jours. Elle révèle également qu’elle était enceinte d’un mois avant son arrivée en Syrie, ajoutant qu’à chaque fois elle rentre à son domicile dans un état psychologique déplorable, elle demandait à son mari de l’aider, mais ce dernier se contentait de pleurer. «Ma vie s’est transformée en enfer», a-t-elle dit.

A son arrivée en Tunisie, Norhaine ou Oum Asma raconte son retour au bercail.

Blessé au niveau du pied lors d’un des raids contre les positions de Daech à Tell Rifaat, son mari a été transporté d’urgence en Turquie où il a rencontré Abou Al Bara qui lui a remis 3.000 (trois mille) dollars et lui a demandé de rentrer en Tunisie en passant par le point frontalier de Ras Jedir.

Par ailleurs, une source sécuritaire a indiqué à l’équipe d’Achourouk que Nidhal et sa femme ont été arrêtés il y a deux semaines car ils avaient l’intention de fuir la Tunisie pour aller en Libye via le point de passage de Ras Jedir.

- Nombre de femmes tunisiennes engagées dans le djihad nikeh à Alep: 4

- Combattants tunisiens de l’Etat islamique (Daech) à Alep: 6

- Le montant payé: 4 mille dollars par femme

Tag(s) : #CHOC & SCANDALE